Epicure

« Celui qui ne sait pas se contenter  de peu ne sera jamais content de rien »

Bio :

Epicure(-342 -270) écrit près de 300 livres,

fonde une école le jardin d’Epicure.

Lorsque Jules César en -47 mène ses troupes pour combattre le roi Ptolémée qui a fait assassiner pompée, ses troupes mettent le feu à la bibliothèque d’Alexandrie ; une part des 700 000 ouvrages part en fumée.

Les ouvrages d’Epicure sont en partie détruits. Il ne reste que trois lettres, le témoignage de Lucrèce -50 qui écrit « de la nature des choses (De rerum natura) » et les stoïciens qui sont les « ennemis » d’Epicure.

Influences :

Influencé par Démocrite, Aristote

A influencé Lucrèce, Horace, Ovide, Marc Aurèle, Érasme, Montaigne, Casanova, Rousseau, Voltaire, Hume, Bentham, Marx, Nietzsche

Classification des désirs

Epicure dénombre trois types de désirs :
  • désirs naturels et nécessaires (boire, manger, dormir)
  • désirs naturels agréables et non nécessaires (sexe)
  • désirs non naturels et non nécessaires (richesse, gloire…)

 

Épicure écrit à Ménécée :

« Que personne, parce qu’il est jeune, ne tarde à philosopher, ni, parce qu’il est vieux, ne se lasse de philosopher ; car personne n’entreprend ni trop tôt ni trop tard de garantir la santé de l’âme. Et celui qui dit que le temps de philosopher n’est pas encore venu, ou que ce temps est passé, est pareil à celui qui dit, en parlant du bonheur, que le temps n’est pas venu ou qu’il n’est plus là. »

Classification des désirs

En fin de compte, le principe le plus important de la doctrine d’Épicure est de vivre selon la prudence quand on cherche le plaisir. La libération des troubles (ataraxie) est la marque suprême du bonheur : elle renvoie au quadruple remède ; vivre sans peur, avec les plaisirs de l’amitié et de nos souvenirs, en supprimant les fausses croyances sources d’angoisse et les douleurs évitables.

 

Cette doctrine est souvent interprétée à tort comme une philosophie de « bon vivant » cherchant le plaisir avec excès. En réalité, il s’agit d’une philosophie d’équilibre, fondée sur l’idée que toute action entraîne à la fois des effets plaisants (positifs) et des effets amenant la souffrance (négatifs). Il s’agit donc pour l’épicurien d’agir sobrement en recherchant les actions amenant l’absence de douleur, d’où doit découler le plaisir négatif de cet état de repos (ataraxie), dont la pleine conscience procure le plaisir suprême ; la clef du bonheur est de connaître ses propres limites ; c’est pourquoi l’excès doit être évité car il apporte la souffrance. 

Citations :

Le dernier degré du bonheur est l’absence de tout mal

Ce n’est pas tant l’aide de nos amis qui nous aide que notre confiance dans cette aide.

Ne pas avoir faim, ne pas avoir soif, ne pas avoir froid ; celui qui dispose de cela, et a l’espoir d’en disposer à l’avenir, peut lutter comme il arrive, et coulera des jours heureux.

Ne fais rien dans ta vie, qui te fasse redouter que ton voisin en prenne connaissance.

Il n’y a rien à redouter dans le fait de vivre, pour qui a authentiquement compris qu’il n’y a rien à redouter dans le fait de ne pas vivre.

Mon coeur est saturé de plaisir quand j’ai du pain et de l’eau.

A propos de chaque désir, il faut se poser cette question : quel avantage en résultera-t-il si je ne le satisfais pas ?

On ne peut pas être sans crainte quand on inspire la crainte.

 

Tous nos actes visent à écarter de nous la souffrance et la peur.

Chacun de nous quitte la vie avec le sentiment qu’il vient à peine de naître.

Nous animons des Café Philo une fois par mois à Neuilly-Plaisance.

Durée 1h30

Inscription :

3 + 12 =